Le Parti Radical se réjouit de l’adoption à l’unanimité par le Sénat de la proposition de résolution sur la santé mentale des jeunes présentée par la sénatrice radicale de Gironde, Nathalie DELATTRE

Publié le jeudi 18 janvier 2024

Troubles anxieux, idées suicidaires, passages à l’acte parfois, depuis la pandémie de Covid, la santé mentale des jeunes, et notamment des étudiants, ne cesse de se dégrader. Cette détresse psychologique n’est pas seulement la conséquence de l’épidémie de Covid : harcèlement scolaire, violences intra familiales, précarité, incertitudes quant à l’avenir (guerres, réchauffement climatique), tous ces facteurs anxiogènes entrainent une grande fragilité conduisant un nombre croissant de jeunes à la dépression et parfois pour les cas le plus graves, au suicide. Il est urgent de mettre en place des mesures pour y remédier.

C’est pourquoi, afin de briser le tabou, la sénatrice radicale de Gironde Nathalie DELATTRE, a souhaité faire de la santé mentale des jeunes une grande cause nationale.

Elle a présenté au Sénat le 17 janvier une proposition de résolution qui a été adoptée à l’unanimité, avec un avis de sagesse bienveillante du gouvernement.

La ministre de la Santé, Catherine Vautrin, a présenté plusieurs mesures relatives à cette lutte contre la dégradation de la santé mentale des jeunes :

  • Réorganiser la médecine scolaire, premier maillon de la prévention,
  • Redonner de l’attractivité aux métiers de la psychiatrie en adaptant les outils comme les projets territoriaux de santé,
  • Co-construire la psychiatrie de demain avec tous les acteurs concernés via un Conseil national de la Refondation

Laurent HENART, Président du Parti Radical : « Je me réjouis de l’adoption de cette résolution proposée par Nathalie DELATTRE, qui permet de lever le voile sur un tabou sociétal majeur. Il est urgent d’entendre la détresse de ces jeunes pour les aider à sortir de l’isolement et de la spirale de la dépression ».